Au concert j’ai croisé mon ex. On avait pris les places ensembles, avant de se séparer, il y a quelques mois. Une nuit j’ai oublié de rentrer. Au petit matin quand je suis arrivé dans ma rue pavée et calme du quinzième arrondissement, mes vêtements jonchaient le sol devant ma fenêtre du rez-de-chaussée. Quelques heures de larmes plus tard alors qu’elle prépare son sac sous le regard de sa mère venue calmer les esprits, elle se saisit d’une cassette vidéo et lui propose de la regarder. Une de mes œuvres récentes…Je l’avais filmé en train de se caresser. Sa mère n’a pas voulu voir la cassette. Elle est partie avec sa fille… Du coup moi je l’ai regardée. Ce n’était pas terrible. Le sexe c’est facile à vendre mais difficile à bien filmer.

Annie Hall (Woody Allen 1977)

Du retour du concert, dans le métro mon ex me dévisage. Je me demande si c’est un bon soir pour coucher avec elle ? Elle est facile à convaincre. Mais si mon père meurt et qu’on m’appelle pendant que… Non. Ne rien lui proposer. Elle trouve que j’ai mauvaise mine. Je lui réponds très simplement:«Mon père va mourir».                                                                    

Dans l’obscurité de mon appartement, je ne trouve pas le sommeil. De mon lit je fixe le téléphone. Toute mon attention est focalisée sur cet objet. Pourtant quand il sonne, je ne bouge pas. Mon regard se porte sur l’heure. Il est plus de 2H00 ce 2 septembre 1993.

Phantom Lady (Robert Siodmak) 1946)

Les couloirs de l’hôpital sont déserts. Je fais les cents pas devant une porte barrée d’un sens interdit. Un jeune infirmier arrive les mains dans les poches de sa blouse. Il me parle avec des mots bien choisis. Mais je ne l’entends pas. Ses lèvres bougent pourtant. Qu’essaye t-il de me dire ? Il s’arrête enfin de parler. Je reste silencieux quelques secondes avant de lui demander le plus naturellement du monde : « Et sinon comment va mon père ? » Il comprend qu’il va falloir être plus direct : « Votre père est mort monsieur ».

The Office (2005)

On pense tuer son père quand on a 15 ans mais on n’imagine pas qu’il va mourir de lui-même pour vos 20 ans.

J’ai 10 ans, un beau short éponge rouge et le t-shirt qui va avec ! Je suis en Tunisie et ce jour là, ma tante me prouve l’existence de Dieu de manière la plus directe qui soit.  Je m’étais pris d’affection pour un mouton que l’on devait égorger pour l’Aïd. Je l’avais appelé Rocky. Le jour venu, il était là, la gorge ouverte, le sang se répandait sous mes pieds et Rocky courait ! Ses pattes s’agitaient dans une dernière course folle. Ma tante m’avait alors glissé ces quelques mots qui réconforterait n’importe quel enfant… Croyant : « Ne sois pas triste. Ton mouton court vers le paradis ! Regarde !  Regarde le comme il court vers le paradis ! »  C’était donc cela cette course effrénée ? Ce n’était pas la mort avec sa gueule moche. Non. C’était l'exaltation de rejoindre le paradis des moutons !

Terry Gilliam - Flying Circus

Puis soudain Rocky cessa de courir pour de bon, la langue pendante, la gueule ouverte. Mes pieds baignaient dans son sang. Ma tante me passa une main affectueuse dans les cheveux et  ajouta : « Il est arrivé ! Regarde comme il est heureux ». 

Sur le visage définitivement éteint de mon père, je cherche l’expression de plénitude que j'étais censé voir sur Rocky alors qu’il était arrivé au paradis. Je voudrais bien croire que mon père court en ce moment vers le paradis...Mais je ne suis plus un enfant et je suis persuadé que Dieu se moque de moi ! 

La destruction - Charles Baudelaire (Les fleurs du mal)